menu

Black Strobe

Samedi 6 juin, Château

Réserver via Yuflow

Pénélope à la carrure de déménageur et à la chevelure gominée, Arnaud Rebotini tisse le blues, la country, le rock et l’electro comme autant de fils dont il fait sa toile et autant de ses pairs avant lui. L’homme s’en défend “étant français, je n’ai pas la légitimité d’un Anglo-Saxon ; en matière de réappropriation, il faut prendre cet album comme un western-spaghetti” : il y a pourtant du Nick Cave, du Mark Lanegan ou même du Jack White dans ses allers-retours entre passé et présent, passerelles tendues entre analogique et fibre synthétique.

A noter une grosse quantité de maxis (sur Kitsuné, Supersoul ou Source), le tube “I’m a Man” choisi par Tarantino pour la B.O. de “Django Unchained”, des remixes pour Depeche Mode, The Rapture, Bloc Party ou The Hacker, ou une nouvelle apparition sur grand écran pour “Le Loup de Wall Street” de Martin Scorcese.

blackstroberecords.com

blackstrobe