menu

RKK

Vendredi 5 juin, Château

Notre Remy est parti.

Exit la voix de merde, les t-shirt polychromes, la danse de la canne, les paires de bretelles.
Exit les coupes de champagne, les cafés électriques, les pti’ fromages de chèvre.
Exit les diners où, magnétisée, l’assemblée écoute en silence les histoires rocambolesques d’équipées Tropicalifiées.
Exit les rencontres improbables, les DJ set au pied levé, les pépites lunaires du bureau des curiosités.
Exit les supposés week-ends au vert/dorlotage/repos/on’s’couche tôt/ qui terminent à 5h du mat’ en control discal
Exit les “tu passes me chercher ?”, “tiens, écoute ça !”, “t’as pensé à mon tabouret ?”, “C’est quoi ce truc là ?”, “Au fait, j’viens seul… avec trois Kopoulettes!”
Et qui va oser nous jouer les bootlegs Hyspano-Turc-Dubstep-Hardcore de “Girl from Ipanema” maintenant ?
C’est ça le problème…. on aura beau essayer, on ne lui arrivera jamais à la cheville.

Notre élégant, passionné, passionnant, délicieux, étincelant Remy s’est fait la malle à l’âge de 34 ans.
Car en vrai, il n’avait que 34 printemps au compteur !
Depuis ses 50 ans, il avait décidé de ne plus jamais ajouter les années… il les défalquait !
Dimanche il s’est endormi lentement en regardant la mer…
Il a dû fermer les yeux, se laisser bercer par les vagues, flotter jusqu’aux plages de Copacabana, tirer l’oreille du Corcovado et s’éteindre comme ça… heureux !
Tu parles qu’il était heureux, il avait rancard avec son pote Jean François au bureau du 6ème étage.
Putain, maintenant, ils ont une sacrée chance là-haut…. ça va enfin devenir le joyeux bordel !
Nous, en bas, on continuera d’écouter Caetano Veloso et on pensera toujours très fort à toi.

3192